Plus qu’une trilogie

Le 21 novembre… Dans la tête de plusieurs fans, cette date évoque un grand événement : la sortie de Hunger Games, La Révolte (partie un), adapté de la trilogie de Suzanne Collins. Dans ce troisième film, Katniss Everdeen se trouve dans le District 13 avec les rebelles, alors que Peeta Mellark est prisonnier du Capitole. Alma Coin, présidente du 13, désire voir Katniss dans le rôle du Geai moqueur, le visage de la rébellion. Mais Katniss est brisée par ses Jeux et par l’enlèvement de Peeta.

Beaucoup connaissent The Hunger Games sans savoir tous les secrets que Suzanne Collins a cachés dans ses livres. Nous pouvons commencer par le Capitole lui-même: une ville luxueuse, des habitants qui dépensent et mangent à outrance, qui gaspillent et qui élèvent leur image extérieure au rang de divinité… Le Capitole représente clairement l’Occident d’aujourd’hui vu par les plus pauvres, ceux qui n’ont pas eu la chance d’être favorisés par le système. Ensuite les districts: pauvres, exploités, où les conditions de vie sont misérables. Là où vivent les plus pauvres, comme de nos jours. La population du Capitole ne se soucie pas des districts. Elle ne fait rien devant la mort de leurs enfants, elle s’en réjouit même. Comme nous, Occidentaux, qui restons indifférents au sort des enfants d’Afrique ou d’Asie. La comparaison remonte jusqu’à l’Antiquité, où la population de Rome avait renoncé à ses droits politiques en échange de jeux et de nourriture gratuite. Panem et circenses, du pain et des jeux, comme dit le vieux dicton. La popularité de The Hunger Games permet, heureusement, de propager ce message caché à tous ceux qui sauront le trouver.

Le film est excellent, mais risque de décevoir ceux qui préfèrent l’action, car il y a en peu. Par contre, cette absence permet de découvrir plus en profondeur les personnages, autant Katniss que Finnick, Prim, Gale et les autres qui voient leur importance grandir. Le terrain est prêt pour la deuxième partie, la grande finale, là où tout va se conclure.

Hunger Games, La Révolte (partie un), en cinéma au Québec le 21 novembre, promet de nouvelles scènes absentes du livre, de nouveaux personnage et la réponse à la grande question des lecteurs : à quel moment du livre le réalisateur a coupé la première partie? Plusieurs hypothèses ont été formulées, mais la seule façon de le savoir, ce sera d’aller le voir…

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>