Entrevue avec Mélissa Simard

Collaboration spéciale de Camille Dionne, 3e secondaire, gagnante du concours d’écriture journalistique

En septembre dernier, j’ai eu la chance de parler avec Mélissa Simard, que vous connaissez sûrement comme technicienne en documentation à la bibliothèque de l’école Paul-Hubert. Mélissa anime un atelier d’écriture de chansons et j’ai voulu en savoir un peu plus à ce sujet.

Lorsque nous avons parlé de cet atelier, elle me l’a un peu comme un cours d’écriture de chansons. On analyse des textes de chansons pour mieux les comprendre. Ensuite, on voit un peu de théorie sur la façon d’écrire une chanson. De plus, il y a des exercices reliés aux thèmes abordés dans les ateliers précédents.

Il m’est venu une question assez saugrenue, je me demandais qui avait eu l’idée de cet atelier. En fait, c’est elle qui en a eu l’idée. « Depuis deux ans, je m’intéresse de plus en plus à la chanson. Je suis allée voir un auteur-compositeur-interprète du nom de Benoit Gauthier et un parolier, Marc Chabot. J’aime l’aspect créatif; donc, à chaque année, j’ai organisé un atelier sur une forme d’art (écriture de romans, club de poésie et haïkus). »

Qu’est-ce qui l’a inspirée? Une question qui venait de pair avec la précédente. En fait, selon elle, la musique rejoint les jeunes, c’est une façon de faire aimer la langue, surtout la langue française, par le biais de la chanson.

J’avais entendu parler d’un spectacle vers la fin de l’année. Mes soupçons se sont révélés justes. La date n’est pas fixée, mais Mélissa a déjà une idée assez claire de ce qu’elle aimerait. « Ce que je voudrais, c’est que nos chansons soient mises en musique, peut-être par des interprètes bénévoles ou même ceux de la comédie musicale. Mais si nous n’avons pas assez de chansons à interpréter, j’espère que nous pourrons nous infiltrer dans le gala méritas de fin d’année. »

Je lui ai demandé s’il y avait des personnes qui se démarquaient. Elle m’a répondu que jusqu’à maintenant, personne n’avait vraiment pu se démarquer des autres. En fait, elle sait qu’il y a du talent dans son groupe, que son cours est un tremplin pour découvrir les talents de chacun et c’est une motivation pour elle.

Ma dernière question: si j’étais dans le cours, est-ce que je serais gênée de montrer l’une de mes oeuvres aux autres membres du groupe? « J’ai une grande insistance sur le respect des autres et je ne veux pas de critiques qui n’aident pas les autres à s’améliorer. Je veux des critiques constructives. Le partage avec les autres aide à s’ouvrir un peu plus à chaque fois. De plus, ce n’est pas parce que nous n’avons pas d’inspiration durant le cours que nous n’en avons pas. Il ne faut pas juger les autres à cause de ça. De toute manière, l’inspiration est un sujet que nous allons aborder durant l’année. »

L’entrevue s’est terminée ainsi sur une note joyeuse et très « inspirante ». J’ai l’intention de me rendre aux cours d’écriture de chansons pour en savoir plus et vous en dire un peu plus long sur le sujet. Donc, je vous souhaite une bonne semaine et… bonne écriture!

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>